» Article de Mars 2017 Année » page 5

Histoire criminelle des Etats-Unis. Nouveau Monde


Et si l'histoire de l'Amérique s'était avant tout bâtie sur des crimes 7 Provocatrice, cette thèse n'a pourtant rien d'absurde : la société américaine est une société violente depuis les temps glorieux des pionniers de la côté est et la ruée vers le Far West. Nombreux sont depuis 1860 les présidents américains assassinés ou victimes d'attentats. Quelle société est-ce donc là pour produire tant d'assassins solitaires, et autres serial killers ? Les comportements criminels, les institutions criminelles, la sous-culture criminelle apparaissent au fil de cette histoire comme une partie intégrante de la société.
Crime organisé, corruption jusqu'au sommet de l'Etat, assassinats de personnalités étrangères sur ordre de la Maison-Blanche : l'histoire du crime aux Etats-Unis ne peut qu'être une histoire des Etats-Unis, dans laquelle les aventures du hors-la-loi, du gangster, du rebelle, du racketteur, du mercenaire se déroulent sur fond de rfrogrès et de prospérité débridés. La première édition de ce livre, publiée en 1980, fut saluée en ces mots par Simone de Beauvoir : "Non seulement ce livre foisonne d'anecdotes, de récits, d'histoires individuelles qui tiennent le lecteur en haleine, mais il nous fait découvrir le caractère quasiment épique de l'histoire américaine avec une force et une originalité qui me paraissent admirables."



Jessie Burton - Les Filles Au Lion 2017

En 1967, cela fait déjà quelques années qu'Odelle, originaire des Caraïbes, vit à Londres. Elle travaille dans un magasin de chaussures mais elle s'y ennuie, et rêve de devenir écrivain. Et voilà que sa candidature à un poste de dactylo dans une galerie d'art est acceptée ; un emploi qui pourrait bien changer sa vie. Dès lors, elle se met au service de Marjorie Quick, un personnage haut en couleur qui la pousse à écrire. Elle rencontre aussi Lawrie Scott, un jeune homme charmant qui possède un magnifique tableau représentant deux jeunes femmes et un lion. De ce tableau il ne sait rien, si ce n'est qu'il appartenait à sa mère. Marjorie Quick, à qui il soumet la mystérieuse toile, a l'air d'en savoir plus qu'elle ne veut bien le dire, ce qui pique la curiosité d'Odelle. La jeune femme décide de déchiffrer l'énigme des Filles au lion. Sa quête va révéler une histoire d'amour et d'ambition enfouie au coeur de l'Andalousie des années trente, alors que la guerre d'Espagne s'apprête à faire rage.



Histoire de l'avenir : Des prophètes à la prospective.

Depuis la préhistoire, l'homme n'a cessé de vouloir connaître le futur et d'inventer des stratagèmes pour tenter de le maîtriser. N'était-ce pas déjà pour assurer la chasse du lendemain que nos lointains ancêtres représentaient des bisons percés de flèches sur les murs des cavernes?

Des procédés de divination inventés par les peuples de l'Antiquité aux méthodes " scientifiques " mises au point par les prospectivistes de notre fin de siècle, les moyens de prédire l'avenir ne se ressemblent guère. Mais chaque époque a eu le besoin de faire des rêves d'avenir, pour le meilleur et pour le pire: il y a eu les faux prophètes du Moyen Age, le astrologues de la cour de la Renaissance, ou encore les diseuses de bonne aventure du Grand Siècle. Et les philosophes des Lumières ont tenté, à leur manière, de percer les grandes lignes du futur. Sans réussir à tuer l'irrationnel: magnétisme, somnambulisme et autres formes de spiritisme ont connu un succès croisant au XIXe siècle, tandis que surgissaient de nouveaux prophètes annonçant un monde meilleur.

Oracles, prophéties, prédictions, utopies, toutes les anticipations que les hommes ont élaborées au fil des siècles ne se sont guère réalisées, mais elles sont les reflets de leurs espoirs et de leurs craintes. L'homme de 1900 se croyait à l'aube d'un siècle radieux. Celui de l'an 2000 n'y croit plus guère et, si les futuristes ne prétendent plus faire " métier de prophète ", astrologues et voyants continuent à rassurer, à défaut de prédire l'avenir.

Georges Minois est professeur d'histoire et membre du Centre international de recherches et d'études transdisciplinaires. Il a publié de nombreuses études sur l'histoire des mentalités religieuses.



Contre le vide moral : Restaurons la social-démocratie.


J'espère avoir tracé quelques lignes directrices à l'intention de ceux, surtout des jeunes, qui essaient de formuler leurs objections à notre mode de vie. Mais cela ne suffit pas. En tant que citoyens d'une société libre, nous avons le devoir de jeter un oeil critique sur notre monde. Et si nous pensons savoir ce qui ne va pas, encore faut-il agir en conséquence. Les philosophes, suivant un mot célèbre, se sont contentés d'interpréter le monde de diverses manières ; il s'agit aujourd'hui de le changer".
Livre-manifeste, Contre le vide moral fournit les outils indispensables à l'élaboration d'une nouvelle forme de gouvernance. Fervent défenseur de l'héritage de la social-démocratie, Tony Judt y clame la nécessité de repenser l'Etat et en prône un rôle accru, qui ne menacerait pas nos libertés. En déplorant l'absence de considérations éthiques dans le débat public, il incite les prochaines générations à retrouver le sens du politique.
Un testament intellectuel fulgurant et optimiste.



Censure et culture sous l'Ancien Régime.

Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur... Les célèbres mots de Figaro, qui fondent la liberté de la presse, sont l'aboutissement de trois siècles de débats, dont cet ouvrage retrace les grandes étapes. De la création de l'Index romain au système de la permission tacite, la liberté d'expression a en effet une longue histoire. Elle commence dans la seconde moitié du XVe siècle lorsque se multiplient les voix contestataires de l'ordre établi.
Mais les pouvoirs des censeurs _ Sorbonne, Parlement, Conseil du roi, Assemblée du clergé _ ont souvent des objectifs différents et leur rivalité favorise en fait un certain pluralisme de la pensée. Dans la France d'Ancien Régime, le contrôle culturel a une autre dimension: c'est la formation des esprits, par l'éducation, la prédication, la lecture, la propagande. L'Etat s'intéresse avant tout à la formation des élites et néglige la culture populaire, dont seule s'occupe l'Eglise.
Paradoxalement, le pouvoir royal, en s'affirmant, a affaibli la censure en même temps qu'il a accru le fossé culturel entre une élite, de plus en plus ralliée aux vues profanes et terrestres de l'Etat, et des couches populaires entretenues dans des espoirs eschatologiques par l'Eglise. Georges Minois, agrégé et docteur en Histoire, docteur d'Etat, est membre du Centre international de recherches et études transdisciplinaires (CIRET).
Historien des mentalités religieuses et des rapports Eglise-pouvoirs, il a publié de nombreuses études dans ce domaine, en particulier, chez Fayard, Le Confesseur du roi, L'Eglise et la science, l'Eglise et la guerre, Histoire des enfers.


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 677
Retour     Suivant

Inscription

Groupe D'utilisateurs


Bienvenue

Votre Identifiant:

Votre Mot De Pass:


Inscription
mot de pass oublie?

Zone Calendrier

Zone Publicité

Zone Compteur

Flag Counter

A lire

Zone-ebook n'héberge aucun fichier. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possedez l'original. Ni zone-ebook.com, ni nos hébergeurs, ni personne ne pourront êtres tenu responsables d'une mauvaise utilisation de ce site.

Aimez Vous Ce Site ?

    Publicité